Accueil du site > LES ACTIONS > Les actions départementales > CINE LECTURE > Présentation du Ciné Lecture

Présentation du Ciné Lecture

PRÉAMBULE

Constatant :
-  chez les enseignants : • un besoin d’actions originales qui motivent et donnent du sens aux activités de lecture, • la participation de quelques classes seulement, sur certains secteurs à des défis-lecture
-  chez les enfants, du milieu rural particulièrement, : • la faible (voire l’absence totale) de fréquentation des salles de cinéma • les références cinématographiques limitées aux dessins animés (Walt Disney essentiellement),

l’OCCE propose depuis une dizaine d’années l’action « CinéLecture ».

Au départ, cette action a été mise en place sur un secteur (Bellegarde) avec quelques écoles. Son succès auprès des enseignants nous a amenés à la proposer en d’autres lieux. Ainsi chaque année, un nouveau secteur est concerné et progressivement, l’action a vu le jour sur les secteurs d’Ambérieu, Meximieux, Jassans, Oyonnax, Villars les Dombes, Bourg en Bresse et plus récemment Bresse-Val de Saône. Cette année, plus d’une centaine de classes auront participé à cette action, ce qui représente plus de 2500 spectateurs, enseignants compris.

1 - OBJECTIFS

Il s’agit de permettre la découverte de cultures différentes par :

- une approche de la littérature enfantine et une action coopérative en lecture,

- la découverte d’un cinéma de qualité auquel les enfants ont droit,

- la familiarisation avec les lieux institutionnels de diffusion du cinéma,

- l’utilisation des capacités de transferts culturels qui s’offrent ainsi entre le cinéma et la littérature.

2 - PARTENAIRES LOCAUX

* Les Cinémas : - Cinéma « Vox » à Bellegarde sur Valserine, - Cinéma « L’Horloge » à Meximieux, - Cinéma « Cinéfestival » à Ambérieu en Bugey, - Cinémas « Rex » et « 400 coups » à Villefranche sur Saône,
- Cinéma municipal à Villars les Dombes,

- Cinéma « Vox » à Bourg en Bresse,

* L’institut Lumière à Lyon, * Le Festival du film d’animation pour la jeunesse de Bourg en Bresse, * Les Bibliothèques-Centres Documentaires des écoles. Car il s’agit à la fois de permettre à un grand nombre d’écoliers de bénéficier de cette action, mais aussi d’en faciliter l’accès aux écoles rurales, en veillant notamment au respect de la proximité école / cinéma.

3 - PUBLIC

Les classes primaires de l’enseignement public, adhérentes à l’OCCE.

Ciné Lecture est une action conçue pour une tranche d’âge spécifique, définie comme "enfant". Elle correspond au souci de toucher des élèves de l’école primaire (soit de 5/6 ans à 11/12 ans) :

- parce qu’il s’agit de la période d’acquisition de la lecture,

- parce qu’il existe une production cinématographique leur étant accessible, certes peu nombreuse, et dont les meilleurs et les plus intelligents produits ne sont que peu diffusés, généralement considérés comme peu « commerciaux » par les distributeurs,

- parce qu’enfin il s’agit d’un âge fondamental pour la formation du goût, et que c’est durant cette période qu’il convient de leur faire connaître le plaisir du cinéma, un cinéma prenant en compte leurs réels centres d’intérêts, un cinéma qui leur donnera l’habitude d’être exigeants sur la qualité des films.

Lors de chacune des réunions-bilan, tous les participants font part de leur intention de reconduire cette action. Leur enthousiasme incite chaque année plusieurs classes supplémentaires à s’inscrire dans le dispositif.

4 - PRINCIPES DE L’ACTION

Lecture et cinéma.

- Il s’agit de motiver la lecture par le projet de voir un film déterminé, et inversement, de combler, en partie du moins, le manque d’expérience et de culture des futurs spectateurs, manque lié à leur jeunesse. On peut pallier de façon significative ce vécu encore trop bref en dotant l’enfant d’un équipement suffisamment important de références culturelles, de sensations, de perceptions, et de réflexion permettant l’accès au film.

- Les lectures préparent une réception active du film, le projet de voir le film entretient l’intérêt de la lecture.

Originalité coopérative.

Comme il se doit dans une classe coopérative, la communication est démocratiquement structurée et la libre opinion argumentée est d’usage : cela permet de se répartir, selon son propre intérêt, mais aussi celui du groupe, les lectures – généralement trop nombreuses pour un seul individu -, dont on échange ensuite l’essentiel.

Méthode d’éducation active, la démarche coopérative privilégie, parmi toutes les rencontres avec l’écrit, celles qui permettent que l’imaginaire tienne une place de choix. En partant des émotions et des rêves des enfants, il s’agit de chercher avec eux comment l’écrit y fait écho et les transpose. Le champ remarquable de la production littéraire pour enfants doit alors être en permanence accessible et exploré.

5 - MOYENS, ORGANISATION ET MISE EN OEUVRE

Volet Lecture :

Le choix des livres est réalisé après un travail commun entre l’OCCE, une bibliothécaire et un libraire spécialisé Jeunesse.

Les ouvrages sélectionnés abordent directement ou indirectement des thèmes traités dans le film

La diversité et la quantité sont voulues pour prendre en compte : - la différence de niveaux (CP à CM2). - la démarche coopérative organisant, à partir de la lecture, des échanges et les apports mutuels, entre les enfants et les adultes.

Chaque classe participante dispose d’une série d’environ vingt-cinq livres pendant six à huit semaines avant le visionnage du film et les conserve trois semaines après.

Par cette lecture multiforme, mais rattachée aux thèmes nettement décelables dans le film, il s’agit de créer une large zone de réception commune à partir des échanges sur les lectures entreprises. Cette information préalable, ayant pour objectif essentiel de mettre l’enfant, et l’enfant seul, en présence du film, et du film seul. Il s’agit de réveiller les exigences et les appétits de l’enfant en créant ainsi une ambiance, en suscitant un climat.

Volet Cinéma :

Les films choisis sont puisés dans les répertoires élaborés par :
- la commission "Enfance" de l’A.F.C.A.E. (Association Française des Cinémas d’Art et Essai)
- l’Union Française du Film pour l’Enfance et la Jeunesse (U.F.F.E.J.)
- le Centre National de la Cinématographie (C.N.C. : " Écoles au cinéma") Ils sont reconnus pour leur qualité cinématographique.

Le cinéma est une œuvre d’art à part entière, il stimule l’esprit. Il est une nécessité dans son mode de relation, mais aussi dans sa manière de montrer le monde. Il doit permettre de développer le regard critique des enfants. Et pour cet art de la mise en scène et de l’émotion, il faut un lieu. La salle de cinéma est un lieu de sociabilité, d’imaginaire. "On est ailleurs et on a eu raison de se déplacer". Le cinéma est en cela un lieu social, un lieu de citoyenneté !

6 - ÉVALUATION

Volet Lecture :

Chaque enseignant, ainsi que chaque élève à titre personnel, établira une fiche-bilan dont le contenu permettra d’individualiser le perfectionnement des compétences aussi bien orales qu’écrites.

Ces compétences, en cours de construction à l’école primaire, pourront donc être renforcées dans tous les apprentissages.

Volet Cinéma :

Plusieurs classes ont déjà commencé un travail avec des intervenants spécialisés dans le domaine du film d’animation. D’autres classes peuvent élaborer un travail documentaire, sur le cinéma, sous la forme d’affiches d’exposition ou de dossiers contenus par exemple dans le journal scolaire ou sur le site Internet de l’école.

7 - CONCLUSION : "UNE ÉDUCATION A L’AUTONOMIE"

* Ce projet ne vise pas directement des buts d’enseignement, mais il cherche à provoquer une auto-formation du goût, de l’intelligence et de la sensibilité. Ce sont donc des compétences transversales qui sont développées.

* Il propose de motiver une lecture variée par la préparation à recevoir une diversité de messages émanant du film, sans chercher de façon astreignante à les faire tous percevoir et encore moins à les faire accepter dans un sens univoque.

* La démarche primordiale de l’enseignant est donc, avec le concours du cinéma et de la lecture, de contribuer à donner à l’enfant une approche de la vie en fonction de sa sensibilité et de son imaginaire, pour que naissent réflexion, analyse et critique et qu’il acquiert ainsi une autonomie de comportement dans la réalité de son environnement social.

Bandeaux : Robert Touati | Hébergement: Office central de la coopération à l'école | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0