Accueil du site > LES ACTIONS > Les actions départementales > CINE LECTURE > 3.LES FILMS PROPOSES et LEUR EXPLOITATION PEDAGOGIQUE > LE CHEVAL VENU DE LA MER > bibliographie sur les Gitans

bibliographie sur les Gitans

Accueil > Ecole et cinéma > Films > Le Cheval venu de la mer Le Cheval venu de la mer

Analyse de séquence

Extrait vidéo provenant du site image Cet extrait correspond à l’analyse de séquence du Cahier de notes, "Une méprise : Ossie et Tito se croient poursuivis par la chasse à courre" par Emile Breton, p.16

Petite bibliographie sur les gens du voyage

Les Tinkers n’existant, on l’a vu, qu’en Irlande, on ne trouvera guère d’autres films évoquant leur sort. Par contre, dans le cinéma européen, assez nombreuses sont les œuvres traitant des Tsiganes ou des Gitans, et abordant généralement cette question sous l’angle des préjugés racistes. On peut retenir, entre autres :

— Gipsy (The Gypsy and the Gentleman), 1957, de Joseph Losey. C’est le troisième film que le réalisateur américain, chassé de son pays par le maccarthysme, put réaliser en Angleterre. Ce n’est pas pour sa fidélité de représentation des mœurs gitanes qu’on retiendra ce très beau film, mais pour sa peinture âpre et belle d’un monde en décomposition. En effet, situé au XIXe siècle, Gipsyest d’abord le portrait d’un aristocrate déchu qui sera entraîné au fond de l’abjection par une belle Gitane qui l’a « ensorcelé ».

— Kriss Romani, 1962, de Jean Schmidt. Premier film de ce réalisateur français qui devait consacrer toute son oeuvre aux « marginaux », il vaut par la proximité du cinéaste avec ceux qu’il a choisis de filmer, par le très grand respect qu’il manifeste pour eux, en un temps où le cinéma français ne se préoccupait guère de tels problèmes.

— J’ai même rencontré des Tsiganes heureux, 1967, d’Alexandre Petrovic. Ce film yougoslave fut un des premiers à porter un regard chaleureux –bien que, à le revoir plus tard, assez prisonnier encore d’une vision folklorique– sur une communauté tsigane, vue de façon proche du documentaire.

— Les Tsiganes montent au ciel, 1975, d’Emil Lotianou. Film soviétique plus attaché au pittoresque et aux « belles images » qu’à la vérité des situations.

— Gyuri, 1981, de Pal Schiffer. Ce film hongrois, de « documentaire-fiction », sur les difficultés pour un jeune Tsigane hongrois à trouver du travail, est un des témoignages les plus forts qui existent sur un racisme qui n’est, on le sait, pas propre à la Hongrie. Tourné « en situation » avec des Tsiganes que le réalisateur a suivis dans leurs démarches pour trouver leur place dans une société qui les rejette, ce film aurait mérité une large diffusion dans tous les pays. Ce qu’il n’eut pas.

— Les Princes, 1982, de Tony Gatlif. C’est l’histoire de trois générations de Gitans qui vivent dans une HLM de la région parisienne, et qui ne renoncent à rien de ce qui pour eux donne son prix à la vie : la liberté, ce qui n’est pas toujours facile. Un très beau film français du seul réalisateur d’origine gitane. À noter qu’en 1993, Tony Gatlif a réalisé un film-poème, Latcho Drom, sur les chansons tsiganes et leur cheminement depuis le Moyen Âge.

— Le Temps des Gitans, 1985, d’Emir Kusturica. Film yougoslave. Cette histoire de jeunes « Roms » emmenés en Italie pour un sombre trafic d’enfants, est aussi un poème superbe sur une autre façon d’appréhender la vie, sur le rêve comme apprentissage de la liberté. « Je voulais, a dit Kusturica à propos de ce film, un réalisme d’où surgiraient des séquences surréalistes. » Et c’est bien ce mélange réussi qui en fait le prix.

— Parmi les articles à consulter sur Le Cheval venu de la mer, il faut citer le dossier consacré par Télérama Junior, avec le CNDP : Télérama Junior, n° 112, 12-18 mars 1994.

Bandeaux : Robert Touati | Hébergement: Office central de la coopération à l'école | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0