Accueil du site > LES ACTIONS > Les actions départementales > CINE LECTURE > 3.LES FILMS PROPOSES et LEUR EXPLOITATION PEDAGOGIQUE > LA PROPHETIE DES GRENOUILLES > DOSSIERS PEDAGOGIQUES > C’est pas facile de vivre ensemble

C’est pas facile de vivre ensemble

http://www.grignoux.be/dossiers/175 Extrait du dossier pédagogique réalisé par les Grignoux et consacré au film La Prophétie des grenouilles de Jacques-Rémy Girerd France, 2003, 1h30 Le dossier pédagogique dont on trouvera un court extrait ci-dessous s’adresse aux enseignants de la fin du maternel et du début du primaire qui verront le film La Prophétie des grenouilles avec leurs élèves (entre cinq et neuf ans environ). Il contient plusieurs animations qui pourront être rapidement mises en œuvre en classe après la vision du film. « C’est pas facile de vivre ensemble ! »

Quand les animaux et les êtres humains sont rassemblés et coincés sur le bateau-grange, c’est difficile pour eux de vivre ensemble. Le plus gros problème, c’est bien sûr, la cohabitation des carnivores avec les autres. Les carnivores mangent de la viande, donc, d’autres animaux... L’un des cochons pressent ce qui pourrait arriver et dit : « Il va falloir se méfier... »

Invitons les enfants à réfléchir à ce problème.

Une manière d’amorcer la discussion est de demander aux enfants comment ça se passe, d’habitude, entre les carnivores et les autres animaux... On peut envisager différentes situations où les carnivores et les autres animaux se rencontrent : dans la nature, bien sûr, mais aussi à la ferme ou au zoo...

Écoutons ce que les enfants ont à dire à ce sujet.

Continuons en demandant aux enfants en quoi la situation sur le bateau est différente des situations qu’ils ont envisagées.

Après avoir écouté les réflexions des enfants, l’enseignant attirera leur attention sur le caractère spécial des animaux du film : ils parlent ! (et ils comprennent ce qu’on leur dit...)

La parole a un rôle important ! D’abord, elle rend les animaux plus « humains »1. Dans la nature, un carnivore ne pourrait pas se contenter de manger des patates, il ne pourrait pas « aller contre sa nature », il faudrait qu’il mange de la viande. Dans le film, si les animaux sont capables de parler, ils peuvent aussi se passer de viande et respecter des règles pour vivre ensemble.

Ensuite, les animaux ont un « chef », Ferdinand, qui dit la loi : « sur ce bateau, on ne survivra que si les crocs ne servent pas ». Les animaux doivent donc respecter la loi. Et quand ils ne la respectent pas (quand les carnivores attaquent la chèvre), Ferdinand inflige une sanction : il maintient les carnivores à l’écart, tous rassemblés dans la baignoire qui flotte derrière le bateau.

Enfin, la parole permet de discuter, de s’entendre... Le meilleur exemple est peut-être donné par les chats... Le chat Bernard est du même avis que les autres carnivores agressifs : il calmerait volontiers sa faim en mangeant Tom et Lili ! Mais sa compagne qui attend des petits le convainc par la parole que ce n’est pas bien... La parole, c’est la raison, l’intelligence, qui s’oppose (parfois) à l’instinct. La loi du capitaine

En face du loup, l’agneau flageole... Quand chasse le matou, la souris s’affole... Devant le reptile, le crapaud tremble... C’est pas facile de vivre ensemble !

Mais aujourd’hui faudra changer Notre petite vie sinon danger ! Sur ce bateau, on ne survivra Que si les crocs ne servent pas ! (2x)

Les carnivores, c’est leur nature, Aux herbivores, rendent la vie dure ! Chacun pour soi, en équilibre Pas d’autre loi que d’être libre ! C’était normal avant le déluge... Mais aujourd’hui faudra changer Notre petite vie sinon danger ! Sur ce bateau, on ne survivra Que si les crocs ne servent pas ! (2x)

(La chanson « La loi du capitaine » peut être entendue sur le site du film) Prolongement : et si...

Invitons les enfants à imaginer comment l’histoire aurait tourné si l’on changeait un élément du scénario...

Que se serait-il passé si, dans le grenier, à la place des 28 tonnes de patates, il y avait eu 28 tonnes de jambons fumés ? Et si la tortue n’avait jamais rencontré le bateau-grange ? Et s’il n’y avait pas d’humains sur le bateau pour édicter la loi ? Et s’il n’y avait eu que des carnivores ou des herbivores sur le bateau ? ...

Prolongement : et pour nous, vivre ensemble, c’est facile ?

La cohabitation entre les êtres humains n’est pas toujours facile non plus ! Dans le cadre de l’école, il n’est pas toujours facile de s’entendre entre filles et garçons, par exemple...

Demandons aux enfants s’ils trouvent que vivre ensemble, filles et garçons, est facile ou non ? Si non, que pourrait-on faire pour améliorer les relations filles-garçons ? Préféreraient-ils

avoir des espaces séparés pour les filles et les garçons pour éviter de se rencontrer ? respecter une règle qui dit que les un(e)s ne peuvent pas faire de mal aux autres (et avoir aussi un chef qui fait respecter cette règle) ?

Avec les enfants les plus grands, on peut organiser un débat entre deux groupes : ceux qui sont pour la mixité et des solutions pour « vivre ensemble » et ceux qui sont pour la séparation des filles et des garçons à l’école. L’enseignant désignera les deux groupes arbitrairement, en veillant à ce qu’ils soient tous les deux composés de filles et de garçons. Ainsi, les enfants devront trouver des arguments même s’ils sont a priori plutôt de l’avis opposé...

Les règles à respecter pour mener à bien un débat sont les suivantes :

demander la parole ne pas interrompre ne pas parler « hors sujet »

On peut également consulter sur le site des Grignoux un extrait du dossier pédagogique consacré à un autre dessin animé de Jacques-Rémy Girerd, L’Enfant au grelot.

Bandeaux : Robert Touati | Hébergement: Office central de la coopération à l'école | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0