Accueil du site > LES ACTIONS > Les actions départementales > CINE LECTURE > 3.LES FILMS PROPOSES et LEUR EXPLOITATION PEDAGOGIQUE > UNE VIE DE CHAT > la musique et les voix

la musique et les voix

Le film d’animation se construit par strates successives que l’on assemble pour constituer le film dans sa totalité. Il en est de même pour ce qui concerne la conception sonore du film, où trois grandes familles de sons peuvent être distinguées :

Les musiques :

Un film d’animation est constitué pour moitié d’images et pour l’autre de sons, l’équilibre entre les deux doit être parfait pour que l’ensemble fonctionne. Pour la musique du film, le compositeur et l’animateur doivent chercher à s’harmoniser (images et sons) pour rendre une séquence réaliste : une note noire représente en musique une seconde et donc 24 images, tandis qu’une croche fait douze images. Le compositeur Serge Besset travaille donc avec les deux réalisateurs scène après scène pour élaborer une partition adéquate et faire en sorte que chaque geste, chaque mouvement des personnages soit synchronisé avec la musique. Par exemple, pour la séquence de poursuite sur les toits, le compositeur a travaillé par empilement d’instruments pour arriver à une musique finale qui sera jouée par un véritable orchestre symphonique. Dans le cas de cette séquence la musique ajoute une tension à l’image, mais elle en souligne également le rythme.

Ainsi, par analogie, les violons accompagnent les personnages dans leur course effrénée et chaque corde frottée mime la foulée du chat et du monte-en-l’air.

La musique représente un soutien aux images, elle leur donne de la profondeur, car contrairement au cinéma en prise de vue réelle, les images du film d’animation sont pensées ex nihilo, c’est tout un monde qui est imaginé, c’est-à-dire littéralement mis en images. Entre le cinéma d’animation et la musique, il y a parfois une vraie rencontre, une fusion. On songe à Fantasia où les images et les mélodies se nourrissent mutuellement, la musique inspirant les images qui elles-mêmes permettent une nouvelle lecture de grands compositeurs classiques. Mais au-delà des films où la musique intervient directement au cœur de l’histoire, comme dansles productions de Walt Disney où de véritables chansons sont créées et intégrées dans le film, l’obligation pour les cinéastes d’animation de recréer entièrement la bande sonore peut donner aussi lieu à un travail d’une incroyable richesse, à une véritable création sonore qui permettra au film de prendre véritablement vie.

Le thème sicilien créé et associé aux gangsters d’Une vie de chat est en arrière-plan, on peut ne pas y prêter attention, mais sa présence est indispensable pour ancrer l’histoire dans un imaginaire.

Les voix :

Le timbre d’une voix, l’intonation ou l’accent peuvent laisser transparaître une multitude d’informations sur la personne qui parle. C’est pourquoi pour les voix des personnages, les réalisateurs choisissent des acteurs dont le jeu peut se rapprocher du caractère donné au Passerelles Serge Besset, compositeur de la bande originale d’ Une vie de chat

....cf dosiier ci-joint

Les bruitages :

Pour la conception de la bande sonore on distingue plusieurs types de sons :
-  Les bruitages sont tous les sons qui se rapportent à l’action des personnages et qui permettent de donner corps au film (les coups de feu, les bruits de crayons de Zoé qui dessine).

- Les sons d’ambiance sont ceux de l’extérieur et donnent une ambiance générale. Pour le cinéma d’animation les sons reproduits sont souvent exagérés par rapport à la réalité et doivent prendre en compte l’aspect non réaliste du monde auquel ils appartiennent. Il faut donc toujours penser au personnage qui produit un son. Les sons sont exagérés lorsqu’il s’agit d’un personnage exubérant ou atténués pour un personnage doux, calme ou timide. D’autres parts, il faut garder à l’esprit que des sons trop réalistes peuvent heurter l’oreille et sembler déplacés. Si, par exemple, on veut simuler un gazouillis d’oiseaux dans les arbres, enregistrer des oiseaux dans un jardin peut ne pas coller à l’ambiance ou une scène d’animation en pâte à modeler, cela pourrait produire un écart entre le réalisme de la bande sonore et l’irréalisme du personnage.

Voir en ligne : le choix des voix

Bandeaux : Robert Touati | Hébergement: Office central de la coopération à l'école | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0