Accueil du site > Nos animations pédagogiques et formations > Coopérer en maternelle

Coopérer en maternelle

Document édité par l’Association Départementale OCCE72 ; http://www.occe.coop/ad72

LES JEUX COOPÉRATIFS EN MATERNELLE

Les jeux coops, c’est quoi ? Les jeux coopératifs reposent sur la poursuite d’un objectif commun pour tous les joueurs. Cet objectif ne pourra être réalisé que par l’entraide et la solidarité entre eux. Le défi proposé nécessite la mobilisation de chacun et la concertation de tous. Il ne s’agit pas de gagner sur l’adversaire mais de faire équipe pour gagner ensemble... ou de perdre ensemble si l’équipe s’est mal organisée. Dans un jeu coopératif, les joueurs trouvent un bénéfice réciproque à aider et à se faire aider. Pourquoi des jeux coopératifs en maternelle ? Ce sont des activités destinées à faciliter non seulement la socialisation, la cohésion de groupe, la confiance en soi et en l’autre et l’expérience de la réussite collective. Les jeux coopératifs ont pour but d’encourager la participation et l’entraide. Ces activités servent à la création d’un esprit d’équipe par l’entremise des défis de groupe et développent l’initiative. Coopérer pour atteindre un but commun. Souvent, ces jeux encouragent un groupe à mieux se connaître tout en s’amusant !

Les objectifs

- Favoriser le vivre ensemble

  1. Développer des valeurs de respects, solidarité, coopération
  2. Développer des comportements favorisant l’entraide, l’écoute, l’anticipation et l’esprit d’équipe
  3. Construire la cohésion du groupe, favoriser les interactions - Organiser des situations réelles de communication - Réinvestir des notions vues en classe

Les jeux coopératifs, comment ?

- Les jeux de plateaux
- Les jeux de motricité

Jeux de coopération pure  : Les élèves doivent s’organiser en interaction vers un même but, pour le plaisir de s’exprimer, de jouer ensemble, de mieux appréhender chaque membre du groupe sans qu’il soit question de perdre ou de gagner.

Jeux d’équipe : opposition ou coopération avec affrontement d’une équipe à l’autre ou d’un individu à un groupe Même dans ce cas si les intérêts des équipes sont divergents, il faudra se coordonner, élaborer ensemble une stratégie pour que le groupe atteigne son objectif.

Quelles stratégies de jeux ?

Jeux à pièces communes : C’est un jeu de hasard. On obéit au dé. Certaines faces défendent les joueurs, d’autres les contrarient. Il est plus facile de perdre ensemble que de perdre seul. Exemple : le verger

Jeux avec possibilité d’entraide : Mise en commun des ressources ou de la mémoire, du résultat de son dé, de son avis. Il a plus d’efficacité à agir ensemble que séparément. Exemple : Sauvons les grenouilles (mise en commun de la mémoire pour le mémory), La maison des ours (échanges de cartes)*

Jeux dans lequel il faut élaborer une stratégie commune, coordonnées ses mouvements Une stratégie de groupe est indispensable. Il faut apprendre à réfléchir ensemble, à s’écouter, à trouver sa place au sein du groupe. Il faut penser en équipe.

Le rôle de l’enseignant :

  • - Poser un cadre sécurisant pour l’enfant
  • - Être vigilant : il doit intervenir si un enfant est brutal et rassurer l’enfant craintif : coopérer cela s’apprend.
  • - Prévoir des temps d’échanges verbaux après chaque jeu. Ainsi les enfants vont s’exprimer leurs émotions « j’ai peur de le faire, je me suis senti à l’aise, il m’a poussé... ». Cela amène l’enfant à s’auto-évaluer.
  • - Reformuler les consigne pour rappeler que l’objectif c’est que tout le groupe réussisse.
  • - L’enseignant doit laisser le choix de la participation (essentiel dans les jeux de confiance). L’enfant a le droit d’utiliser un « jocker » s’il ne veut pas jouer.

Quelle mise en œuvre ?

A l’école maternelle l’enfant a besoin de temps pour découvrir l’espace, le matériel, pour comprendre les consignes, pour réaliser ses actions, pour affiner ses gestes, pour trouver de nouvelles réponses, agir avec les autres. Ses premières actions sont avant tout réalisées pour le plaisir. Les sensations et les émotions ressenties prennent une grande part dans l’implication des enfants. Les situations proposées doivent donc respecter les règles suivantes :

  1. •Être le plus diversifiées possible.
  2. •Proposer des phases de découverte suffisamment longues pour que les enfants puissent s’approprier les jeux.
  3. •Donner du sens à l’action en utilisant des situations de jeux ou en faisant appel à l’imaginaire.
  4. •Enrichir progressivement les situations pour que les enfants enchaînent et coordonnent les actions entre elles.
  5. •Mettre des mots sur ce qui est réalisé par les enfants pour permettre une meilleure compréhension des actions et des jeux.
  6. •Structurer l’espace de jeu et préparer le matériel sont déterminant dans la réussite des jeux.
  7. •Faciliter l’identification par les enfants des différents rôles à jouer
  8. •Présenter brièvement les règles minimales du jeu pour une entrée rapide ans l’action.
  9. •Prévoir un maximum d’enfants en activité en même temps.
  10. •Refaire plusieurs fois le même jeu.
  11. •Faire jouer les différents rôles aux enfants.
  12. •S’investir personnellement : meneur, arbitre, joueur.

Points à évaluer :

  • Amélioration de la communication, l’expression de leurs émotions, l’entraide à la réussite collective dans le respect de tous
  • Enrichissement des relations entre les élèves
  • Amélioration de l’estime de soi et des autres
  • Amélioration de la confiance en soi
Bandeaux : Robert Touati | Hébergement: Office central de la coopération à l'école | Mentions légales | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0